Mettre en place un système de management énergétique SME ISO50001

Le Système de Management Énergétique


Comment mettre en place un SME ?

Auteur : MIV Team Date : 31/07/2017 Categorie : Management Energetique note : 4,5 nombre : 15

Pour se doter d'un SME adapté, il est essentiel de bien construire sa réflexion et de faire un bilan de ses installations. Ce document est élaboré selon la roue de DEMING (PLAN-DO-CHECK-ACT). Dans un premier temps, il faut structurer sa réflexion en se posant les bonnes questions!

PLAN - Bilan de l'existant

Quels sont les objectifs ?

Etre certifié l'ISO 50001 ? Réaliser des économies ? Trouver où les installations sont défaillantes ? Faire monter en compétence mon personnel ? Refacturer l'énergie à des locataires ou des services de l’entreprise (notion de ventilation) ? Faire des rapports à la société mère ? Et peut-être même tous ces points à la fois... Chacune de ces questions peut amener une fonctionnalité bien déterminée, par exemple l'ISO 50001 nécessite une fonctionnalité permettant de suivre les actions énergétiques afin de mesurer et commenter celles-ci (les objectifs, la simulation des gains, le ROI, etc. ça ressemble bien à l’IPMVP cette démarche !) ou comment créer des Dashboard de sensibilisation, comment répartir mon arbre énergétique ? comment savoir si un équipement est sous dimensionner ou sur dimensionner avec une courbe monotone ? …

Il faudra donc veiller à ce que le logiciel possède les fonctionnalités en adéquation avec vos besoins. De plus, les objectifs et sources d'améliorations sont souvent différents selon le secteur d'activité, lorsque le tertiaire pourra agir sur l'éclairage, le chauffage et l'optimisation des CTA (Centrale traitement d’air), un industriel sera confronté au fait que la zone de production demande un éclairage optimal et des conditions de fabrications qui peuvent être strictes (exemple : salle blanche) mais il pourra agir sur d'autres points tel que la production de Chaud/froid, la distribution d’air comprimé, l’optimisation des process de fabrication, etc. et peut-être un domaine tout aussi important dans l'achat d'énergie à la semaine ou au mois en fonction de la production prévues (gains financiers assurés). On le voit bien les questions sont nombreuses et les pistes d’améliorations aussi. La solution est de sélectionner un produit qui a été spécialement conçu pour ça même si votre démarche est basique dans un premier temps, l’évolution sera naturelle et peu couteuse avec un produit, en citant le vieil adage « qui peut le plus, peut le moins ».

Même si vous n’avez pas les ressources pour utiliser complètement l’outil, des rapports et le contrôle automatiques sur les données seront un gain de temps non négligeable afin de recevoir son rapport Excel directement par mail une fois par mois. L’archivage sera plus tard quant à elle une source incroyable de comparaison dans la recherche des futurs progrès.

Quels sont les moyens à ma disposition?

Il ne faut pas négliger l'organisation humaine et l'infrastructure. En effet, "qui ?" et "comment ?" peuvent être fait de deux manières différentes.

D'une part, tout peut être fait en interne avec les compétences que l’entreprise a déjà : Energy manager, maintenance ou aider par un intégrateur. Attention sur le matériel, bien identifier les points suivants :

  • Quels sont mes équipements actuels? (Comprenez capteurs, centrale de mesure Electrique, supervision GTB/GTC, SI)
  • Comment communiquent-ils? (Comprenez Protocole, fichier, bases données, etc.)
  • Sont-ils suffisants?
Quelques conseils...
- Prendre des protocoles d’échanges standards (Modbus TCP principalement en réseau de terrain ou les IOT en LORA pour dialoguer avec les équipements).
- Ne pas instrumenter la globalité, effectuer un pilote avec le logiciel SME permet de limiter l’investissement de départ, et de tirer la pertinence avant l’achat de capteurs alors que certains peuvent être déduit par calcul !
- Si les capteurs ne sont pas tous communicants, sachez qu’il est possible de faire des relevés manuels hebdomadaire ou mensuel depuis un simple smartphone qui sera automatiquement intégré dans une base de données sans double saisies, pouvant être une solution transitoire.

D'autre part, tout peut-être externalisé via une structure de facilities, c'est une solution confortable qui peut se révéler intéressante pour les gros projets mais sans doute plus onéreuse.

Une fois toutes ces questions résolues, la réflexion sera suffisamment mûre pour commencer à agir !

DO - La mise en place du logiciel

Intégration du SME

La phase d'intégration concerne bien entendu l'installation du logiciel choisi et de son interfaçage avec les autres équipements de l'entreprise. Si la phase de PLAN a été mené correctement, le logiciel s'imbrique parfaitement avec les autres briques de l’entreprise.

Pour démarrer rapidement un projet, il faut connaitre le « plan de comptage » c’est-à-dire la composition et la structure des réseaux d’énergétiques (distribution Electrique, Eau, Gaz, etc.) à partir de là, c’est extrêmement rapide, il n’est pas rare de pouvoir implanter des centaines de compteurs et autres mesures associées en une seule journée seulement !

Pour le côté interface, il faut simplement prévoir un « catalogue de base d’exploitation » avec les différents profils pour débuter dans un confort normal. L’erreur à ne pas connaitre est de noyé l’exploitant dans un foule d’information. Si le logiciel est bien fait, il doit être très souple et en capacité d’évoluer facilement au fur et à mesure de leurs expériences et besoins d’analyse par simple configuration (ce qui exclut rapidement tous les développements spécifiques). La démarche d’intégration est processus continu en SME, en fonction des résultats obtenus et des investissements futures et suivants les actions menées.

Pensez également que certaines informations seront nécessaires comme les « facteurs influents » (par exemples le taux de fréquentation d’un centre commercial, le tonnage de production, la présence ou non dans des bureaux, etc.). Ces données permettent de calculer les indicateurs de performance bien plus pertinents que le simple compteur d‘énergie, mais rarement communicants, pour ceci, une solution simple est de saisir manuellement ces données par les responsables depuis une interface Web simple et conviviale (une donnée par jour reste relativement acceptable) et tellement importante pour l’analyse relative « Consommation par usage ».

L’important est de démarrer sans vouloir être gros gourmand, de notre point de vue, l’Energy Manager, la maintenance et l’intégrateur doivent être totalement autonome pour faire évoluer le système facilement.

Formation du personnel

Cette partie n’est pas à négliger, mais le terme « formation » n’est pas totalement adéquat, nous devrions parler plutôt d’« expérience » qui indique que chaque participant à la démarche du SME puisse acquérir une montée en compétence en fonction de son rôle (Energy Manger, Opérateur, Maintenance, intégrateur, Direction), le tout pour apporter de bons résultats au global.

Un bon logiciel SME peut s’apprivoiser en deux jours pour l’essentiel et ensuite prévoir des sessions plus avancées pour les profils (expert, administrateur ou consultant).

Le logiciel SME ayant un rôle pour structurer la démarche d’analyse, tout en masquant la complexité informatique sous-jacente, la formation est donc très réduite à ce niveau.

Pour information...
Certains utilisateurs de notre solution ont installé un SME et obtenu la certification ISO 50001 avec seulement une journée de formation !

Paramétrage du logiciel

Propre à chaque éditeur, il existe deux visions dans le domaine du SME.

La première et la plus répandue, le cloud SAAS avec paramétrage inclus, chaque changement demande une intervention de l'éditeur (donc peut réactif) et sans véritable passage de compétence, les clients sont principalement en mode visionnage des données en changeant quelques aspects (logo, thème, type de courbe, composants affichés, ...). Cette solution est souvent plus onéreuse à terme.

Et la deuxièmement vision, ou le principe est de donner l'autonomie et la maitrise complète du logiciel système (Maintenance, energy manager et intégrateur) afin qu’ils puissent assurer le paramétrage. C’est beaucoup plus réactif et plus efficace, ça permet également de faire monter en compétence les équipes avec coût bien moindre. La possibilité de conserver le logiciel localement « on-premises » ou en externalisé « cloud PAAS » sans aucune perte de fonctionnalités (exclusivité MIV).

Le temps de paramétrage du système déprendra du produit, une mise en Å“uvre rapide en moins d’une semaine est tout à fait envisageable avec un produit souple prévu à cet effet si les phases précédentes (PLAN et DO) ont été bien préparées.

Conseil...
Ne pas envisager un paramétrage complet dès le départ, un produit bien conçu permet de changer les règles de gestion ou de calcul à la volée (sans développement), donc expérimenter, c’est l’essentiel pour apprendre.

CHECK - Run et exploitation des données

LE SME est un processus itératif comme indiqué dans la norme ISO 50001, chaque profil doit pouvoir accéder rapidement aux données qui lui sont destinées.

Un ensemble de « vue » préconfigurées seront à dispositions des techniciens et Energy Manager. Cela va de soi mais il ne faut pas oublier que la démarche Energétique de progrès doit être envisagée pour les usagers (ou consommateurs) pour les associer au maximum à la démarche. Les idées de progrès viennent souvent des exploitants qui connaissent bien les installations (en d’autres termes : une approche transversale venant d’en bas sera mieux qu’une démarche venant d’en haut).

A ce niveau, on constate que l’outil SME agit comme un outil collaboratif permettant des échanges entre services qui font avancer grandement le sujet.

En ce qui concerne les possibilités d’analyses, il faut disposer d’un outil puissant permettant la mise en valeur de centaines ou de milliers de points dans un confort de paramétrage et de personnalisation totale (couleur, forme, échelle, timing, style, etc.) pour donner un sens particulier et pertinent aux données.

Pour information...
MIV dispose de plusieurs dizaines de modèles des vues « prêt à l’emploi » (en nombre illimité) constituant un catalogue pouvant former plusieurs centaines de présentation disponibles via un simple via un simple navigateur ou depuis un poste expert.

ACT - Développement du SME

Après l’analyse et de la constatation ci-dessus (CHECK), il reste maintenant à agir en d’autres termes définir « les actions énergétiques » de progrès. Quelles soient TECHNIQUES (investissement sur de nouveaux équipements, réglages, etc.) ou ORGANISATIONNELLES (changement de comportement des usagers, etc.) ou encore FINANCIERES (renégociations avec les fournisseurs par exemple).

Pour ceci, chaque participant du SME aura un rôle.

Il existe également certaines méthodes comme l’IPMVP qui aident à structurer cette démarche.

A ce niveau, le logiciel SME a également un rôle important en permettant de calculer et simuler des situations, des consommations (Avant et après travaux), de mesurer efficacement les gains, les objectifs, le ROI en fonction de facteurs influents qui ont surement évolués.

Ici on pourra résumer le rôle principal d’un SME qui est un mixte intelligent entre un outil logiciel bien conçu, souple apportant des réponses quantifiées et les acteurs (Energy Manager, maintenance, exploitant et direction) qui décideront au final des actions à faire.

  • Quels sont les investissements effectués ?
  • Quels sont les progrès quantifiés ?
  • J’investi dans un SME, ça me rapporte quoi ?

Investir dans un SME est un choix de raison qui peut répondre à certaines obligations réglementaires, mais ça doit apporter également beaucoup de bénéfice dans la collaboration inter-services et finalement permettre de gagner financièrement et techniquement en performance.

Le choix d’un logiciel SME ne remet pas en péril la stratégie de l’entreprise comme un ERP ou des machines de production, des solutions existes pour démarrer avec des investissements réduits (à moins de 1000€), alors lancez-vous avec un projet pilote ! Le seul risque c’est d’acquérir de l’expérience et faire monter en compétences vos équipes.

Afin de terminer ce chapitre, je vous propose de visionner les 2 modules de MIV-PERFORMER formant le Système de Management Énergétique du logiciel MIV avec le pack DHT et EFC prêt à l’emploi.

Véritable pierre angulaire du pack PERFORMER, le module DHT constitue le socle d'acquisition et de stockage HISTORIAN des données. Avec lui vous ferez la centralisation de tous vos capteurs pour projets mono ou multi-sites. Une première analyse dynamique sous forme de graphique (courbe, Barre, Gantt, regroupement sur période, statistiques, Fx1, Monotone...) et reporting Excel, HTML, PDF. Tout ceci en quelques clics, sans besoin de programmation, une exploitation fiable et performante en quelques heures.

Ce logiciel DHT est inclus dans chacun des autres modules MIV.

Que vous soyez Industriel, dans le Tertiare, le collectif ou le domaine de l'eau. Partout où il y a de la donnée technique, MIV est fait pour vous.


Le module Energy Fluid Co2 (EFC) de MIV est un Système de Management Énergétique (SME) compatible ISO 50001. Avec ce module EFC vous pourrez faire une analyse approfondie des réseaux énergétiques, calcul de répartition, de multi comparaisons, facteurs influents, relation entre production et énergie, contrôler la qualité des données et mesurer les gains en relation avec les actions énergétiques que vous menez. Ce module fonctionne sur le même principe de souplesse paramétrage fidèle à la philosophie du produit, sans développement pour la maintenance ou énergie manager.
Ce produit participe à vos démarches :

  • diminution des coûts liés à l'énergie
  • Augmentation de la compétitivité de l'établissement
  • Montée en compétence du personnel (le produit MIV apporte une démarche métier forte)
  • Gain d'image, sensibilisation interne et externe
  • Levier de négociation aux achats d'énergie
  • Réduit ou supprime les pénalités liées aux obligations réglementaires des entreprises

  • Saviez-vous que l'ISO 50001 est recommandé par 95% des entreprises certifiées (enquête Afnor)? De plus, pour plus des deux tiers des interrogés, les budgets alloués à la démarche de performance énergétique sont considérés comme négligeables ou peu élevés au regard des bénéfices apportés.